Inauguration de la résidence "Le Castel" Imprimer Envoyer
Vendredi, 05 Juillet 2019

Jean-Claude GAUDIN inaugure, sur le quai de la Joliette, la Résidence « Le Castel », dont le bâtiment a abrité  le siège de la compagnie maritime de la SNCM  et même autrefois, la Compagnie Générale Transatlantique. "C’est ici, il y a plus de quatre-vingt dix ans que l’architecte Gaston CASTEL a signé une de ses plus belles réalisations en construisant, à la Joliette, ce bâtiment emblématique et si singulier", souligne le Maire de Marseille. Et de faire référence à son style Art déco ainsi qu'à sa Tour Horloge à l’angle du Boulevard des Dames, du Quai de la Joliette et du boulevard qui vient d’être baptisé du nom de Jacques SAADÉ, Fondateur de la CMA/CGM, numéro trois mondial dans le transport maritime.

Jean-Claude GAUDIN insiste sur la qualité de cette réalisation qui s'étend sur 23.000 m², avec la présence  de bureaux, de boutiques et de commerces, d'une résidence de tourisme d'affaires, d'appartements et de parkings. "Cette superbe opération a été réalisée par le grand groupe ICADE et par l’agence des architectes marseillais POISSONNIER FERRAN", se réjouit-il.  "Après 4 ans de travaux, je suis très fier de voir la renaissance de ce splendide bâtiment. Aujourd’hui, il accueille des hôtes prestigieux qui vont le faire revivre et dynamiser davantage encore son quartier et notre ville".

Le Maire de Marseille précise aussi que la reconversion de ce site, classé au patrimoine architectural du 20e siècle, a été engagée au coeur de la Z.A.C « Cité de la Méditerranée » et de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée. " Toutes les opérations d’Euroméditerranée sont devenues emblématiques de la

métamorphose de Marseille", tient-il à faire ressortir.  "Les Marseillais redécouvrent leur ville. Ils peuvent admirer au gré de leurs promenades les nouveaux fleurons de l’architecture contemporaine et le patrimoine historique restauré. Euroméditerranée est depuis près de 25 ans un des moteurs de la transformation de notre cité. C’est aussi le moteur de son dynamisme économique et urbain".

Et de conclure: " Reconstruire la ville sur elle-même demeure toujours plus complexe que bâtir sur un espace vide. Mais tenir compte de l’histoire des lieux est une priorité pour les villes qui doivent toujours et encore se développer en s’adaptant aux besoins nouveaux et aux enjeux contemporains".

 
 

Vidéos