Les experts remettent leur rapport suite au drame de la rue d'Aubagne Imprimer Envoyer
Vendredi, 01 Mars 2019

 

Le collège d’experts, missionné par la Ville de Marseille, à la suite des effondrements des immeubles situés aux 63, 65 et 67 de la rue d’Aubagne (1er), a remis son rapport de synthèse à Jean-Claude GAUDIN dans son bureau de l'Hôtel de Ville.

 

Ce collège pluridisciplinaire a accompagné la Ville dans toutes les étapes qui ont suivi le drame de la rue d'Aubagne sur son périmètre, que ce soit en matière d'opérations de secours, de sécurisation des bâtiments, de récupération d’effets personnels, de déménagement et de réintégration définitive des logements évacués.

Ce document valide en premier lieu le périmètre de sécurité proposé par le Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille ainsi que la démolition du n°69. « Cette solution a permis de reprendre dans les plus brefs délais la recherche de victimes en toute sécurité » précise le rapport des experts qui demandent par ailleurs que soient vérifiés les réseaux privés existants afin de s’assurer de leur état général, face à « des infiltrations d'eaux régulières et continues dans le sol ».

Il est souligné que 33 bâtiments ont été minutieusement inspectés par le bureau d’étude Axiolis et le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Ces études ont permis à près de 101 personnes évacuées de réintégrer dans les meilleurs délais les immeubles sécurisés. Et de préciser que les habitants des immeubles dont les mesures de sécurité n’étaient pas assurées et qui restent en surveillance, ont pu venir récupérer leurs effets personnels, soit 500 récupérations organisées.

Le rapport montre aussi que parmi les 33 bâtiments examinés, dix d'entre eux ont été notifiés d’un arrêté de péril grave et imminent. Ce qui a conduit la Ville de Marseille à décider de reprendre la maîtrise de 7 d'entre eux, compris entre le numéro 71 et le numéro 83 de la rue d’Aubagne.

L'objectif de la municipalité est de les rénover si possible, ou de les déconstruire en fonction des diagnostics des experts, au motif que ces bâtiments présentent des pathologies trop importantes pour être laissés à la responsabilité de propriétaires privés et qu'ils ne pourront jamais être habités en l'état.

« Notre objectif, à long terme, est de concevoir un nouveau projet urbanistique pour la rue d’Aubagne qui s’inscrira pleinement dans l’esprit et l’environnement du quartier et intégrera de nombreux logements sociaux », a affirmé Jean-Claude GAUDIN, à l’issue de son entretien avec les experts.

Et de souligner: « Ces immeubles ne présentant pas de risque immédiat d’effondrement, nous prendrons le temps nécessaire afin de réaliser une opération de maîtrise foncière et d’urbanisme en réalisant des procédures à l’amiable et, si nécessaire, des expropriations dans le cadre d’une Déclaration d'Utilité Publique (DUP)».

 
 

Vidéos