Le Premier ministre Edouard PHILIPPE reçu à l’Hôtel de Ville de Marseille Imprimer Envoyer
Vendredi, 20 Octobre 2017

Le Premier ministre Edouard PHILIPPE rend une visite républicaine et de courtoisie au Maire de Marseille, Jean-Claude GAUDIN, qui le reçoit à l’Hôtel de Ville en présence des élus municipaux.

 

Le chef du gouvernement, avant de clore les travaux du 87ème congrès de l’association des Départements de France, réuni depuis trois jours à Marseille, s’entretient longuement en tête à tête avec Jean-Claude GAUDIN, dans son bureau.

A l’issue de cette entrevue, Jean-Claude GAUDIN dit à Edouard PHILIPPE « l’honneur de le recevoir à l’Hôtel de Ville en présence des élus du Conseil municipal. » Il en profite pour lui affirmer, devant notamment Martine VASSAL, Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, que « le dialogue approfondi est l’une des conditions de la réussite de la « transformation du Pays » voulue par le Président de la République.»

« Nous sommes très attachés à ce que ce dialogue soit poursuivi et approfondi pour ce qui concerne l’organisation institutionnelle et territoriale de notre Pays dans la suite de la démarche initiée lors de la première conférence nationale des territoires le 17 juillet dernier», poursuit le Maire, en soulignant que « Marseille est évidemment au coeur de tous ces enjeux car Marseille est aussi un enjeu national. »

« Malgré les difficultés du quotidien », Jean-Claude GAUDIN note que la deuxième ville de France, « quoi qu’on lise et qu’on en dise, poursuit son développement économique et social en maîtrisant ses grands équilibres financiers. »

Evoquant la création de la Métropole Aix-Marseille Provence, qu’il préside, Jean-Claude GAUDIN considère que « c’est une reforme territoriale essentielle qui a été engagée, mais qui n’est pas achevée » parce qu’elle « ne s’accompagne pas encore de son corollaire indispensable, en l’occurrence le soutien puissant de l’Etat. »

« Il a été promis, il doit être donné », affirme Jean-Claude GAUDIN, en rappelant qu’à cet égard lA Métropole « a fait ce qu’elle devait faire ». Elle a ainsi décrété « la question de la mobilité et des transports comme sa première priorité parce que c’est la première cause de son retard d’attractivité » et a voté le 15 décembre 2016 « à l’unanimité, l’Agenda de la Mobilité métropolitaine qui prévoit des programmes d’investissement importants jusqu’en 2030 et des propositions concrètes pour la mobilité de proximité. »

Et d’ajouter : « Monsieur le Premier ministre, les Marseillais et tous les habitants de la Métropole vous demandent instamment de donner des suites positives et rapides à nos propositions » car, assure-t-il, « rien ne se fera sans la durée, qu’il s’agisse de la programmation des infrastructures, de la définition de nouveaux moyens financiers et de la mise en place d’une gouvernance à long terme. »

En réponse, le Premier ministre se dit « soucieux d’entretenir la confiance avec Marseille, qui occupe une place unique et singulière dans le développement du pays » et il s’engage à étudier « les dossiers essentiels pour le développement de la Ville et de sa Métropole. »

Ayant compris que ses « prédécesseurs ont donné moins que ce qu’ils s’étaient engagés à faire pour les transports, l’éducation et le milieu hospitalier notamment », Edouard PHILIPPE propose à Jean-Claude GAUDIN « de travailler sérieusement, ensemble, sur ce que le gouvernement peut faire pour aider au développement de Marseille. » Et de conclure : « On va essayer de vous aider sérieusement, concrètement, financièrement et juridiquement. »

 
 

Vidéos