Jean-Claude GAUDIN fait le bilan des Zones Franches Urbaines marseillaises devant la Mission d'Information parlementaire sur les ZFU Imprimer Envoyer
Vendredi, 22 Février 2013

Le Gouvernement envisage de mettre un terme en 2014 aux Zones Franches Urbaines créées en 1997 par Jean-Claude GAUDIN, lorsqu'il était Ministre de la Ville.

C'est dans ce contexte qu'une mission d'information parlementaire a été mise en place pour évaluer les retombées de ce dispositif sur le terrain.

 

La délégation de parlementaires membres de cette mission est aujourd'hui dans la Cité phocéenne et Jean-Claude GAUDIN a tenu à les y accueillir personnellement pour dresser le bilan de 15 années de Zones Franches Urbaines dans les quartiers Nord de Marseille.

Pour le Sénateur-Maire de Marseille, le maintien des deux ZFU marseillaises est essentiel car elles ont fait la preuve de leur efficacité. Jean-Claude GAUDIN voulait stopper la paupérisation et le déclin industriel dans ces 643 hectares qui rassemblent 64.000 habitants.

L'objectif économique est atteint puisque, dans ces territoires, ont été créés plus de 13.000 nouveaux emplois et près de 4.000 entreprises.

Les répercussions sociales de ce nouvel essor sont évidentes. Grâce à la clause d'embauche de salariés domiciliés dans les Zones Franches, 39 % des recrutements bénéficient directement aux habitants faisant reculer le nombre de demandeur d'emplois dans ces quartiers de plus de 40% entre 1997 et 2007.

Dans le même temps, une grande politique du logement a pu se mettre en place pour permettre la construction de 8.450 logements neufs entre 2000 et 2009 et la création de 12 Plans de Rénovation Urbaine susceptibles d'engager plus d'un milliard d'Euros.

Rien de tout cela n'aurait été possible sans l'instauration des Zones Franches Urbaines voulues par Jean-Claude GAUDIN.

Le Gouvernement souhaite mettre en place un nouveau dispositif dit des "emplois francs", exonérant de charge sociale les entreprises recrutant de jeunes diplômés issus des Zones Urbaines sensibles ou pouvant être l'objet de discrimination du fait de leur nom. Pour le Sénateur-Maire de Marseille, ces nouvelles mesures ne doivent pas être regardées comme un dispositif concurrent des Zones Franches Urbaines, mais plutôt comme un complément. L'objet des Zones Franches Urbaines est plus large et reste indispensable à Marseille car il vise à la création d'emplois et la redynamisation du territoire.

 
 

Vidéos