Biographie Imprimer Envoyer
 Benjamin du Conseil Municipal de MarseilleJean-Claude GAUDIN est né le 8 Octobre 1939 à Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille. Les origines de sa famille remontent à 1600 dans ce village indépendant de Marseille jusqu’en 1789.

Jean-Claude GAUDIN au Collège et Lycée Saint-Joseph les MaristesProfesseur d'Histoire et de Géographie, il enseignera pendant plus de 15 ans au Collège et Lycée Saint-Joseph les Maristes à Marseille. Il participe très jeune à la vie politique. En 1965, après son service militaire, élu sur la liste socialo-centriste "DEFFERRE-RASTOIN", il devient le benjamin du conseil municipal de Marseille. Il est réélu en 1971.

Il adhère, en 1973, aux Républicains Indépendants et participe, l'année suivante, à la campagne présidentielle de Valéry GISCARD D'ESTAING.

1978 – Première élection à l'Assemblée Nationale

Jean-Claude GAUDIN et Valéry GISCARD D'ESTAINGCandidat U.D.F. en Mars 1978 dans la 2ème Circonscription des Bouches-du-Rhône, il bat, à la surprise générale, le Député socialiste sortant, Charles-Emile LOO, avec 53,7 % des suffrages exprimés.

En juin 1981, malgré la "vague rose", Jean-Claude GAUDIN réussit à conserver son siège.

Jean-Claude GAUDIN au Conseil Général des Bouches-du-RhôneSes collègues Députés le portent alors à la Présidence du Groupe U.D.F.

En Mars 1982, il enlève au Premier Tour, le 12ème Canton de Marseille, avec le score record de 72,82 % des suffrages exprimés.


Campagne électorale des Municipales de 1983Aux Municipales de 1983 à Marseille, il conduit la liste de l'Opposition contre Gaston DEFFERRE, alors Ministre de l'Intérieur.

Il est battu par un découpage inique de la Ville en secteurs. Gaston DEFFERRE, en obtenant 2 497 voix de moins que Jean-Claude GAUDIN, reste Maire.

1986 – La responsabilité de l'exécutif de Provence Alpes Côte d'Azur

Election du Président de la Région Provence Alpes Côte d´Azur en 1986En 1986, Jean-Claude GAUDIN conduit dans les Bouches-du-Rhône les listes U.D.F. aux Législatives et aux Régionales. Le 25 Avril 1986, il devient le premier Président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur élu au suffrage universel direct.

Président du groupe UDF à l´Assemblée NationaleEn 1988, après la dissolution de l'Assemblée Nationale, il est réélu, pour la 4ème fois, Député des Bouches-du-Rhône, toujours dans la 2ème Circonscription de Marseille, avec 60,63 % des suffrages exprimés.

Ses collègues lui renouvellent leur confiance en le reconduisant à la Présidence du Groupe U.D.F. à l'Assemblée Nationale. Durant la période 1981-1988, son action à la tête du Groupe, véritable vitrine de l’UDF, a été reconnue par tous.

En Mars 1989, Jean-Claude GAUDIN se présente pour la deuxième fois à la Mairie de Marseille mais il échoue dans sa tentative.

Tirant les leçons de ce scrutin, Jean-Claude GAUDIN décide alors de s'investir totalement dans son rôle de Président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Jean-Claude GAUDIN aime à redevenir professeur pour expliquer son actionDans cette fonction, il suivra personnellement la construction et la réhabilitation des lycées de la Région. Il décidera aussi la construction d’une trentaine de lycées neufs et de la réhabilitation de 150 autres lycées. Action reconnue par le Ministre Claude ALLEGRE en 1997, qui le nomme Officier des Palmes Académiques.

1989 – Le choix du Sénat

Jean-claude GAUDIN arborant le "baromètre", l´insigne du Sénat En Septembre 1989, il est candidat aux Elections Sénatoriales, estimant que la Haute Assemblée, plus proche des Collectivités Locales, permettra une complémentarité d'action avec sa fonction régionale.

Elu, il aide avec succès son suppléant, le Professeur Jean-François MATTEI, à conserver la 2ème Circonscription des Bouches-du-Rhône.

En 1992, le renouvellement du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur provoque l'élection la plus médiatisée de France : Jean-Claude GAUDIN affronte, en effet, Bernard TAPIE et Jean-Marie LE PEN.

Au terme d'une campagne violente et difficile, émaillée de nombreux "coup-bas", Jean-Claude GAUDIN l'emporte à nouveau, devançant Bernard TAPIE et Jean-Marie LE PEN.

Il est réélu Président du Conseil Régional le 27 Mars 1992.

1995 – Marseille, le rêve réalisé

Jean-Claude GAUDIN dans son bureau, à l´Hôtel de VilleEn 1995, Jean-Claude GAUDIN emporte enfin la Mairie de Marseille.

Sa liste "Ambition Marseille" est élue dès le premier tour dans le 4ème secteur et remporte quatre autres secteurs sur les sept restants au second tour.

 Avec une majorité absolue de 55 Conseillers Municipaux sur 101, Jean-Claude GAUDIN est élu Maire de Marseille le 25 juin 1995.

A la Mairie, comme il l’a fait en son temps à la Région, Jean-Claude GAUDIN s’investira personnellement dans le domaine de l’éducation en initiant un plan Ecole Réussite en faveur des écoles primaires et maternelles de la Ville.

En septembre 1995, les Sénateurs Républicains et Indépendants l’élisent Président de leur Groupe au Sénat.

Jacques CHIRAC et Jean-Claude GAUDINLe 7 novembre 1995, sur proposition du Premier ministre Alain JUPPE, le Président de la République Jacques CHIRAC nomme Jean-Claude GAUDIN, Ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ville et de l'Intégration.

Son action ministérielle sera marquée par le Pacte de relance pour la ville, avec la définition des Zones Urbaines Sensibles et surtout la création de 44 Zones Franches Urbaines. Cette mesure novatrice, tant en matière économique que comme vecteur efficace d'intégration, connaîtra un grand succès qui conduira à son renouvellement quelques années plus tard.

En juin 1997, avec la dissolution de l'Assemblée Nationale, il cesse ses fonctions ministérielles. Heureux d’avoir été Ministre, il quitte cependant, sans regret ni amertume, le Gouvernement et déclinera logiquement la proposition de Jean-Pierre RAFFARIN d’y revenir en 2002.

Le 14 juillet de la même année, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

Toujours Président de région, après ses initiatives réussies dans les domaines de l'Education et de la Formation, il décide en 1996 d'engager Provence Alpes Côte d'Azur dans l'expérimentation des transports collectifs par rail, une des quatre régions françaises à saisir cette opportunité.

Cette vision d'avenir permettra à notre région d'anticiper sur le transfert définitif en 2003 et de devenir l'une des plus performantes avec ses TER (Trains Express Régionaux) multipliés et modernisés.

Il retrouve la Haute Assemblée le 27 septembre 1998 ; sa liste obtient 3 sièges. La Droite n’avait jamais eu trois Sénateurs dans les Bouches-du-Rhône.

Le 6 octobre 1998, il devient Vice-Président du Sénat.

Le 15 septembre 2000 il est élu Président de la nouvelle Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole, créée à son initiative. Marseille Provence Métropole compte 18 communes et 980 000 habitants. C’est la 3ème Communauté Urbaine de France après Lyon et Lille.

Election du Maire de Marseille en 2001En 2001, Jean-Claude GAUDIN sollicite un deuxième mandat municipal auprès des marseillais.

Son programme : faire de Marseille une capitale euroméditerranéenne active et fraternelle.

Comme en 1995, Jean-Claude GAUDIN est réélu dès le premier tour dans son fief électoral des 6ème et 8ème arrondissements, tandis que ses listes «Marseille Bouge» progressent de 3,5 points sur l’ensemble de la Ville.
Au second tour, il remporte quatre autres secteurs. Malgré les triangulaires imposées par la présence de l’Extrême Droite, les listes de Jean-Claude GAUDIN obtiennent la majorité absolue des voix, aux tours décisifs, sur la Ville.

Cet excellent résultat se traduit par une majorité absolue de 61 sièges sur 101.

Jean-Claude GAUDIN est réélu Maire de Marseille le 25 mars 2001 et Président de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole le 11 avril suivant. A cette occasion, il renouvelle sa performance de septembre 2000, en réalisant un score allant au-delà des limites de sa majorité, elle aussi confortée.

Jean-Claude GAUDIN devient membre de l´Académie de Marseille.On reconnait de gauche à droite Monsieur Pierre MESSMER, Chancelier de l´Institut de France, Madame Bernadette CHIRAC et Madame Simone VEILLe 3 octobre 2001, Jean-Claude GAUDIN est réélu Vice-Président du Sénat pour 3 ans.

Le 18 Octobre 2001, il est élu membre de l’Académie de Marseille dans la section des Beaux-Arts, en hommage à l’art oratoire dont il fait preuve dans sa carrière politique.

2002 – Numéro 2 de l'UMP

Du 25 octobre 2002 au 24 octobre 2003, Jean-Claude GAUDIN préside l’Association des Communautés Urbaines de France.

En décembre 2002, il succède à Renaud MUSELIER, nommé Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, à la Présidence de l'Etablissement Public d'Aménagement Euroméditerranée qu'il quittera en décembre 2005.

Elu Vice-Président délégué de l’UMP le 17 novembre 2002, aux côtés d’Alain JUPPE, Président et de Philippe DOUSTE-BLAZY, Secrétaire Général, il jouera un rôle important dans la mise en place de ce qui est aujourd’hui le plus grand parti politique de droite en France.

Nicolas SARKOZY et Jean-Claude GAUDIN au Stade Vélodrome lors de la coupe du monde de rugby 2007A nouveau candidat à cette fonction, aux côtés de Nicolas SARKOZY et de Pierre MEHAIGNERIE, il est réélu le 28 novembre 2004, Vice-Président de l’UMP. Il en devient, le 2 juin 2005, le Président délégué à la suite de la nomination de Nicolas SARKOZY au gouvernement et assure, à partir du 14 mai 2007, l’intérim de la présidence de l’UMP, après la démission de Nicolas SARKOZY, élu Président de la République.

Entre-temps, le 6 octobre 2004, Jean-Claude GAUDIN est réélu pour la 3e fois Vice-Président du Sénat. Il est désormais le premier Vice-Président de la Haute-Assemblée.

A l'automne 2007, les nouveaux statuts de l'UMP mettent en place une direction collégiale : une vice-présidence du Conseil National et un Secrétariat Général de 3 membres chacun. Le 6 Octobre 2007, Jean-Claude GAUDIN est élu vice-président du Conseil National de l'UMP aux côtés de Jean-Pierre RAFFARIN et de Pierre MEHAIGNERIE.

Tout en demeurant un membre à part entière de l'équipe dirigeante de l'UMP, Jean-Claude GAUDIN devient, le 24 Janvier 2009, à la demande du Président de la République, le Président du Comité de la Majorité. Ce Comité regroupe l'ensemble des formations politiques qui concourent à la majorité présidentielle de Nicolas SARKOZY.

En janvier 2013, il est nommé Vice-Président de l'UMP dans le cadre de la direction "partagée" entre Jean-François COPE et François FILLON.

2011 – La présidence du groupe UMP du Sénat

En 2008, Jean-Claude GAUDIN est une nouvelle fois candidat à sa propre succession au fauteuil de Maire de Marseille.

Il propose aux Marseillais d’accélérer le développement de Marseille et fixe 5 grands objectifs pour la réussite de Marseille : l’environnement, l‘emploi, la solidarité, la culture et la dimension internationale.

A l’issue d’une campagne électorale très intense, ses listes «Partager la réussite de Marseille» arrivent en tête, au 1er tour avec 41 % des suffrages, deux points devant celles de son concurrent socialiste.

Il est personnellement réélu dès le 1er tour dans son 4e secteur.

Le second tour voit ses listes victorieuses dans trois autres secteurs et l’assure d’une majorité absolue de 51 sièges au conseil municipal.

Le 21 mars 2008, Jean-Claude GAUDIN est réélu Maire de Marseille.

Dans un contexte national difficile –la droite perd 7 des 19 villes de plus de 100.000 habitants et 33 des 129 villes de plus de 30.000 habitants qu’elle détenait- Jean-Claude GAUDIN réussit à conserver la Cité Phocéenne et évite ainsi que la défaite de l’UMP ne se transforme en déroute.

Le 31 mai 2008, il est élu Vice-Président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole dont il avait décidé de quitter la présidence.

Le 21 septembre 2008, pour la 3e fois, il est élu sénateur des Bouches-du-Rhône à la tête d'une liste renouvelée, rajeunie et féminisée qui conserve ses 3 sièges. Et le 7 octobre suivant, il est élu, pour la 4e fois, Vice-Président du Sénat. Fonction à laquelle il renonce le 8 mars 2011, à la suite de son élection à la présidence du groupe UMP du Sénat, en remplacement de Gérard LONGUET, devenu Ministre.

Il est reconduit dans cette fonction, le 27 septembre 2011, à l'issue du renouvellement triennal par moitié de la Haute-Assemblée qui voit la droite perdre la majorité au Sénat.

2014 – L'Apothéose Marseillaise

En novembre 2013, Jean-Claude GAUDIN annonce sa candidature, en 2014, à un 4e mandat de Maire de Marseille. À la tête d'une équipe renouvelée, il veut amplifier le renouveau de Marseille par l'accroissement de son attractivité économique, le renforcement du "vivre ensemble républicain" et l'accès à un véritable statut de capitale de la Méditerranée.

Encore une fois élu dès le 1er tour dans les 6ème et 8ème arrondissements, seul secteur pourvu, il obtient près de 38 % des suffrages, reléguant ses principaux concurrents de la Droite extrême et de la Gauche à respectivement 14 et 17 points.
Au second tour, il procède à un large rassemblement en fusionnant ses listes dans les 2ème et 6ème secteurs et remporte 5 des 7 secteurs en lice.
Au total, Jean-Claude GAUDIN est, pour la première fois, victorieux dans six secteurs et dispose d’une majorité confortable de 61 sièges sur 101 au Conseil municipal. Il est réélu maire de Marseille le 4 Avril 2014.

Dans le paysage politique français des 25 dernières années, Jean-Claude GAUDIN occupe à Droite une place qui n’a jamais cessé de grandir au fil du temps. D’abord par ses victoires sur des adversaires de grande dimension (Gaston DEFFERRE, Bernard TAPIE, Jean-Marie LE PEN), par son poste à la tête de la deuxième Ville de France, et aussi par une attitude qui lui a souvent permis de faire naître le consensus.

 
 

Vidéos